Sélectionner une page

Anne Lucie

Diaryatou

Camille

Camille

Noémie

Kintsugi. Détail

Géraldine

Louise

Kintsugi. 8

Capucine

Kintsugi. Détail

Sylvie

Sarah

Raphaelle

Kintsugi. Détail

Géraldine

Anne-Lucie

Sarah V

Sylvie II

Sophie

Adélaïde

Raphaelle II

Tirages pigmentaires sur baryté marouflés sur toile, dorés à la feuille d’or 24 carats.

KINTSUGI, reflets de femmes : Réparer. Reconstruire. Réinventer.

Le Kintsugi vient du Japonais Kin (or) et Tsugi (jointure), et signifie donc littéralement : jointure à l’or. Cette technique ancestrale, découverte au XVème siècle au Japon, consiste à réparer une céramique cassée avec de la laque, et à souligner les cicatrices avec de la véritable poudre d’or. Soigné, puis honoré, l’objet cassé peut devenir paradoxalement plus résistant, plus beau et plus précieux.

Cette série photographique exprime la résilience, la reconstruction, la force des femmes victimes de violences sexuelles.  Viol, inceste, harcèlement, excision, violences conjugales, toutes les femmes photographiées ont ces fêlures qu’elles tentent de réparer un jour après l’autre, chacune à sa façon. Romancières, comédiennes, réalisatrices, actrices, étudiantes engagées, présidentes d’association, juristes, elles apprennent à respirer à nouveau et à faire de leurs blessures des forces qui les guident. En captant leur reflet dans mes laques je leur propose un nouveau regard sur elles-même. Puis j’imprime leur reflet sur céramique ou papier, je casse, je déchire, et je répare au Kintsugi. Chaque œuvre est réalisée avec de l’or 24 carats.

Ce processus de réparation symbolique pense et panse les blessures. En soulignant leurs lignes de failles par le kintsugi, je sublime leurs lignes de force. En sororité.

Cette série est soutenue par la Fondation des Femmes.

 

Laetitia Lesaffre

Sourire, dissimuler, s’épuiser. Passer chaque journée en dehors de soi.

Se vivre déportée, sans que nul ne sache. Elle rit toujours, peut-être un peu plus qu’avant,

c’est qu’elle a le cœur si lourd que quand la joie lui vient, elle s’y jette.

Adélaïde Bon, La petite fille sur la banquise

Œuvres :

Photographies sur céramiques, cassées puis réparées au Kintsugi, poudre d’or 24 carats.

Tirages pigmentaires marouflés sur toile et dorés à la feuille d’or 24 carats.

http://www.laetitialesaffre.com/bio/
http://www.laetitialesaffre.com/gallery